Poudre 7 épices du Liban par Kamal Mouzawak

  1. Accueil
  2. Mélanges d'épices
  3. Mélanges culturels
Poudre 7 épices du Liban par Kamal Mouzawak

Fiche technique

Ingrédients Poivre de la Jamaïque, poivre noir, girofle, muscade, cardamome, cannelle, gingembre.
Poids net 40 g
Conservation / Utilisation Au sec, à l'abri de la lumière.
Prix TTC 8,90 €

Idéal pour cuisiner les viandes.

Conseil Le 7 épices libanais sabe' bharat agrémente les boulettes de viandes Daoud bacha, les chaussons à la viande samboussik, les tomates et les aubergines farcies ou bien une simple sauce tomate. C’est le complément aromatique parfait pour la viande.

Les mots d'Olivier Rœllinger

Mots de Mathilde Roellinger: " Le 7 épices est la quintessence de ce que représente Beyrouth sur la route des épices : un port de commerce ouvert au monde et aux échanges. Depuis des siècles, la ville est la dernière étape orientale terrestre des anciennes caravanes d’épices traversant les déserts. Après c’est la mer, le large, les bateaux et les routes maritimes.

Kamal Mouzawak est cuisinier et auteur. Il possède une connaissance érudite des cuisines traditionnelles libanaises. Il a à cœur de transmettre et de faire rayonner ces cuisines des familles, des villes et des campagnes. Kamal est le fondateur de l’initiative Souk El Tayeb et de Tawlet (Beyrouth et Paris). C’est tout à la fois une entreprise sociale, un marché fermier et une cuisine communautaire qui œuvrent pour la promotion et la préservation des traditions culinaires et d'un patrimoine paysan. Dans ces lieux, on vient déguster les mets traditionnels de cuisinières de tout le Liban. Kamal a écrit plusieurs livres, dont le dernier « Manger libanais » (Marabout).

La ville de cœur de Kamal est Beyrouth ; c’est sa ville qui le fait rêver et fantasmer. Selon lui « Beyrouth est comme un pont, un trait d’union entre l’Orient et l’Occident ». Ses plats favoris avec le 7 épices sont : les aubergines farcies au yaourt (fatteh makdous), des boulettes en ragoût avec de la mélasse de grenade (daoud bacha). Le fatteh makdous est pour lui « un plat chic, typique de la ville et des souks, qui est relevé en épices ». "

Histoire

Plutôt que de la cuisine libanaise, il faudrait parler des cuisines libanaises. Ce pays, petit en taille, offre des paysages des plus contrastés. On ne se nourrit pas de la même façon en ville à Beyrouth, au sommet des montagnes ou dans les plaines des bords de mer, ou encore dans les campagnes du centre du pays.

Les cuisines libanaises se caractérisent par la présence d’herbes aromatiques : zaa’tar, menthe, marjolaine, basilic que l’on va chercher dans le jardin ou que l’on cueille à l’état sauvage dans les montagnes, tout comme le sumac. Les épices appartiennent au répertoire de la cuisine citadine. Au souk en ville, le marché aux épices souk el attarine occupe une place importante. Avant d’admirer les couleurs chatoyantes, on sent d’abord les parfums envoûtants des étales d’épices.

Le 7 épices s’inscrit dans la tradition de la cuisine de ville. Cette association de 7 épices est le comble du raffinement. L’épicier attar (qui se traduit littéralement par marchand de senteurs) construit son 7 épices avec sa sensibilité et son talent. Le 7 épices est un manifeste dans sa maîtrise de l’art de la composition qu’il présente dans sa boutique.

Aussi étrange que cela puisse paraître, aucune des 7 épices de la composition d’épices ne pousse au Liban ! Les épices piliers de la cuisine libanaise, et que l’on retrouve dans le 7 épices, sont le poivre doux et la cannelle. Le premier est le poivre de la Jamaïque. Cette baie aux noms multiples provient d’Inde ou des Caraïbes ou encore du Mexique. La cannelle, elle, se cultive au Sri Lanka et en Inde.
Le 7 épices parfumera votre cuisine levantine mais aussi d’autres classiques (bœuf bourguignon, oignon rôti au four, tarte à l’oignon, plats à base de tomates).